Shady Habash

Photographe et cinéaste égyptien, Shady Habash est mort en Mai 2020, dans le prison de Tora, en Égypte. Shady a passé plus de deux ans en détention illégale avant jugement, étant associé à un des clips musicaux de Ramy Essam. Sa violente arrestation a été suivie de trois jours de torture et 800 jours de confinement,  dans une situation de vulnérabilité particulière, dans une prison égyptienne réputée de sa manque d’ accès aux soins médicaux, ainsi que de ses conditions sanitaires inadéquates. Son dernier message (octobre 2019) qui exprime sa lutte, est un véritable cri au secours : “j’ai besoin de votre soutien pour ne pas mourir.” Les circonstances de sa mort ne sont toujours pas claires, malgré le fait que, selon le rapport du procureur égyptien, Shady est mort après avoir avalé, par erreur, de la solution hydroalcoolique, distribuée aux détenus, afin de prévenir la propagation du COVID-19. Quand un individu meurt en détention, il y a la présomption de responsabilité de l’ Etat pour sa mort. AGL est d’ avis que la mort de Shady soit due à l’ omission des autorités d’ assurer l’ accès aux soins médicaux dans les meilleurs délais. Le 12 mai 2020, Avant Garde Lawyers, agissant en tant que représentants de l’artiste Ramy Essam, ont soumis le cas de Shady Habash à la Rapporteuse spéciale des Nations unies sur les Exécutions extrajudiciaires, Agnès Callamard. Le mémoire demande à Mme. Callamard de s’adresser aux autorités égyptiennes, afin de pouvoir clarifier la situation sur les circonstances et la cause de la mort tragique de Shady Habash en détention, ainsi que de garantir que les responsables soient amenés immédiatement en justice.

> En savoir plus

L’équipe:

  • Représentation internationale: AGL
  • Liaison: Ramy Essam
  • Communication: Sanni Kahilainen
  • Traducteurs: Kelsey Waxman and Sana Sekkarie

Ramy Essam

Ramy Essam est un musicien égyptien surtout connu pour sa performance sur la place Tahrir au Caire pendant la Révolution égyptienne de 2011. Sa chanson “Irhal”, dans laquelle il incite le président égyptien de l’époque, Hosni Moubarak, à démissionner est considérée comme l’hymne de la révolution et a été choisie en 2011 par Time Out comme la troisième chanson la plus révolutionnaire de tous les temps. En raison de sa musique et de son activisme, le 9 mars 2011, Ramy a été arrêté et maintenu en détention pendant quatre heures, au cours desquelles il a été battu et torturé. Ses chansons ont été interdites en Égypte, il a été interpellé à la télévision nationale par de hauts fonctionnaires et il lui a été interdit de se produire en public. En 2014, Ramy est arrivé en Suède à la recherche d’un environnement meilleur et plus libre pour créer et interpréter sa musique. En 2018, des avocats d´Avant Garde Lawyers ont réussi à démêler une question complexe d’immigration concernant son statut légal en Suède et ont obtenu une décision favorable de l’Agence suédoise des migrations.

 

L’équipe :

  • Stratégie juridique et gestion des dossiers : AGL
  • Liaison : Val Denn (Directeur général de l’Agence Val Denn)
  • Avocat local de l’immigration : Nicklas Dahlbeck (Stockholms Advokatbyrå)
  • Organisation partenaire : Initiative pour la liberté artistique (AFI)
  • Nous tenons à remercier tout particulièrement Sanjay Sethi (Sethi and Mazaheri, LLC) et Mattew Covey (CoveyLaw).

> Ramy s’exprime

Taeyong Jeong

Le 6 juin 2018, jour de commémoration en Corée du Sud, l’artiste coréen Taeyong Jeong alias HIDEYES, a peint à la bombe des vestiges du mur de Berlin sur la place de Berlin à Séoul. Il voulait en effet célébrer le sommet intercoréen d’avril 2018, premier pas vers la réconciliation entre la Corée du Nord et la Corée du Sud en onze années. Le 27 août 2018, M. Jeong a été accusé de destruction de biens publics en vertu de l’article 141 du code pénal coréen. Un procès civil a également été intenté contre lui. AGL fait valoir pour la première fois devant un tribunal que les graffitis sont une forme de commentaire social et politique qui mérite d’être protégée en vertu du droit constitutionnel coréen et du droit international des droits de l’Homme.

 

 

 

L’équipe de défense :

  • Stratégie juridique et représentation internationale : AGL
  • Coordinateur du dossier : Prof. Kyung-Sin Park
  • Défense pénale : Hong-Seok Yang (avocat principal) ; Teri Kang (deuxième avocat), Yigong Law
  • Avocat de contentieux civil : Teri Kang
  • Soumissions écrites : Andra Matei
  • Témoignages d’experts : Kyoungmi Oh, Don Karl, Katia Hermann
  • Traducteurs : Hyun-soo Lim, Kay Lee
  • Organisation partenaire : PEN America, Artists at Risk Connection (ARC)

Nous voulons tout particulièrement remercier :  le Dr Klaus Lederer, sénateur pour la culture et l’Europe à Berlin, qui a aimablement accepté de soumettre une expertise en faveur du défendeur devant le tribunal de Séoul, ainsi que Veit Rieber du département de la culture et de l’Europe du Sénat pour leur sagesse et leur soutien indéfectible dans cette affaire.

> Taeyong s’exprime

Sajad Sepehri

Sajad Sepehri est un musicien, chanteur professionnel et poète iranien qui vit en exil en Albanie. Du fait de son statut juridique incertain et précaire en Albanie, il ne peut jouir de ses droits fondamentaux tels que le droit de voyager, le droit de tirer profit de son activité artistique ou de créer et d’exécuter librement sa musique. Les problèmes juridiques que pose le cas de Sajad Sepehri sont multiples, de sorte qu’une équipe de personnes très engagées a dû intervenir pour résoudre les complexités de son droit à quitter l’Albanie et à émigrer vers les Pays-Bas.

> Lisez la biographie de Sajad ici.

 

Plus d’informations sur le site web de Sajad.

 

L’équipe :

  • Stratégie juridique : AGL
  • Coordinateur de cas : Ali Reza Kazemi (Directeur, Institut des sciences sociales et humaines) 
  • Avocat local de l’immigration : Thomas van Houwelingen (Everaert Advocaten)
  • Organisation partenaire : Initiative pour la liberté artistique

Je voudrais tout particulièrement remercier : ProBono Connect, VU University Amsterdam, Adriana Blanksma Ceta (responsable de la détermination du statut de réfugié au Ministerie van Justitie en Veiligheid), Erinda Meli ( Ministère albanais de la justice), Claudia Bonamini (Service jésuite des réfugiés), et Marieke van Eik (cabinet d’avocats Oliveira Prakken).

> Sajad s’exprime

Galal El-Behairi

Galal est l’auteur des livres “Chairs Factory” (Masna’a El Karasy) publié en 2015 et “Colorful Prison” (Segn Bel Alwan), écrit en 2017. Il a rédigé de nombreuses paroles de chansons pour le chanteur Ramy Essam –figure importante du mouvement révolutionnaire de 2011 en Égypte– parmi lesquelles, le texte de “Segn Bel Alwan”, l’un de ses plus grands succès musicaux de R. Essam. Plus récemment, ils ont collaboré en vue de la création de la chanson “Balaha”. Cette dernière critique l’état actuel de l’économie et de la corruption en Egypte. Deux jours après sa sortie, le 28 février, le ministre égyptien de la culture, Enas Abdel Dayem a publiquement dénoncé El-Bahairy, en direct à la télévision, en mentionnant notamment son recueil de poèmes, “The Finest Women on Earth”. Trois jours plus tard, le 3 mars, El-Behairy a été arrêté à l’aéroport du Caire et sa famille n’a pas eu de ses nouvelles pendant une semaine entière jusqu’à ce qu’il comparaisse devant le procureur de la Haute Sécurité d’État. Il a montré des signes de coups sévères et de torture. Le procureur lui a ordonné de se soumettre à une expertise médico-légale, mais les résultats de cet examen n’ont pas encore été communiqués au public ni à ses avocats. AGL a donc lancé une procédure d’appel urgent devant le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire, entre autres actions au niveau international. 

> Lire la communication ici :

> Pour en savoir plus sur le cas de Galal, cliquez ici :

L’équipe :

  • Stratégie juridique et représentation internationale : AGL
  • Liaison : Sanni Kahilainen et Ramy Essam
  • Défense pénale : Mokhtar Mounir
  • Organisation partenaire : Perpetuum Mobile

Je voudrais tout particulièrement remercier : Karima Bennoune, rapporteur spécial des Nations unies sur les droits culturels pour son soutien constant et Artists-at-Risk Connection pour son travail inlassable sur cette affaire.

Ferhat Temel

Ferhat Temel est un musicien d’origine kurde de la province de Tunceli en Turquie. Après le coup d’État provisoire de 2016, Ferhat a fui la Turquie et est arrivé en France où il a demandé l’asile. En Turquie, Ferhat a joué dans un groupe de musique appelé « Umuda » (« Espoir »).  Les chansons d’Umuda abordent des questions politiques et sociales concernant la minorité kurde en Turquie, lesquelles ont conduit ce peuple à être persécuté à plusieurs reprises par les autorités turques. Ferhat a été maintes fois harcelé, roué de coups et placé en garde à vue après avoir organisé des concerts non-violents et autorisés par la loi lors de rassemblements, réunions politiques et rencontres –à l’instar de Newroz, la Journée internationale de la femme ou la Fête du travail.

Outre les problèmes que lui a causé sa musique politiquement et socialement engagée, Ferhat a également fait l’objet de menaces et de persécutions pour avoir refusé d’effectuer son service militaire. Ferhat affirme être un objecteur de conscience et refuse de porter une arme pour des raisons de liberté de pensée, de conscience et de religion. La demande d’asile de M. Temel a été initialement rejetée par les autorités françaises mais grâce à la persévérance de l’avocat d’AGL, Umit Killinc, une décision finale de la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) du 3 octobre a finalement accordé à Ferhat le statut de réfugié.

L’équipe :

  • Stratégie juridique : AGL
  • Avocat spécialisé dans l’immigration : Umit Kilinç