Andra Matei

Directrice

Andra est une avocate spécialisée dans les droits de l’Homme, membre des barreaux de Bucarest et de Paris. Avant de fonder Avant-Garde Lawyers, elle a travaillé au sein de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) où elle a évalué la manière dont les autorités judiciaires nationales défendaient les droits des requérants. En parallèle de sa pratique juridique, Andra a enseigné les droits de l’Homme et le droit constitutionnel, entre autres à l’École de Formation du Barreau (EFB), au Campus mondial des droits de l’Homme et à l’Université de New York, à Paris. Andra est l’auteur d’ “Art on Trial”, qui est un cours destiné aux avocats, et qui a été enrichi d’une reconstitution de procès, celui de Brancusi vs US; elle est aussi la réalisatrice du projet “Speak Truth to Power”, qui utilise le jeu théâtral  pour inciter les professionnels du droit travaillant au sein de tribunaux internationaux à penser leur travail du point de vue du demandeur. Andra est titulaire d’une maîtrise spécialisée en droits de l’Homme, délivrée par le Global Campus of human Rights de Venise ; elle possède aussi un diplôme de troisième cycle de la Faculté internationale de droit comparé de Strasbourg. En 2011, elle a reçu la bourse d’excellence Eiffel du Ministère français des Affaires étrangères. Andra Matei a pour ambition de démocratiser et de transformer les services juridiques prodigués aux artistes via des stratégies uniques, consistant notamment à mobiliser des équipes comprenant à la fois des juristes et des experts en art.

> profil LinkedIn

Magnus Ag

Consultant en stratégie

Magnus est un défenseur international des droits de l’Homme et de la liberté d’expression. Il est le fondateur et le directeur de Bridge Figures, un projet numérique de défense des droits de l’Homme, lequel met en avant la diversité culturelle et les expressions créatives qui tendent au changement social. Auparavant, il a travaillé pour Freemuse, une OSC promouvant la liberté artistique dans le monde entier. Il a également fait partie du Comité pour la protection des journalistes à New York, pendant 5 années, durant lesquelles il a défendu la liberté d’expression et dirigé des missions au Bangladesh, au Maroc, au Pakistan, en Russie, en Turquie au Zimbabwe, ainsi qu’à Bruxelles, Genève, New York et Washington DC. Il a ensuite travaillé pour le ministère danois de la science, de la technologie et de l’innovation. En 2007, il a développé la première campagne de médias sociaux pour le maire d’Auckland, en Nouvelle-Zélande. Magnus travaille avec AGL sur le développement des partenariats et sur le réseau d’avocats pro bono de l’organisme. Il donne également des conseils sur le statut de la liberté artistique dans le monde. Magnus est titulaire d’une licence et d’une maîtrise en sciences politiques délivrées par l’Université de Copenhague. Suivez Magnus sur Twitter : @AgMagnus

Federica Erilmi

Gestionnaire de projets

Federica défend les droits de propriété intellectuelle ; elle a œuvré à la protection des processus créatifs, des idées, des expressions et des œuvres d’art un objectif personnel. Elle travaille actuellement comme conseillère juridique pour une entreprise de grande envergure dans le domaine de la FinTech, dont elle est par ailleurs le DPD. Federica est titulaire d’une maîtrise en droit de la propriété intellectuelle de l’université de Copenhague et d’une licence en droit européen délivrée par l’université d’Aberystwyth et l’université d’Utrecht. Ses recherches en matière de droits culturels et son intérêt personnel pour l’industrie créative l’ont rapprochée du droit de l’art et d’AGL. À ce titre, elle effectue pour AGL des recherches juridiques préliminaires d’une part, et elle s’occupe des médias sociaux et des stratégies de communication de l’organisme d’autre part.

> profil LinkedIn

Sanchit Saluja

chargé de Projet

​​Sanchit a rejoint Avant-Garde Lawyers en tant que responsable de projet en 2022. Il est diplômé en Politique culturelle et Gestion, de Sciences Po Paris, et il a fait ses études de 1e cycle en Droit et Arts à l’Université nationale de Droit à New Delhi. Il a par ailleurs travaillé chez Freemuse –une OSC travaillant sur la liberté artistique–  où il a mené de nombreuses campagnes de sensibilisation pour la liberté artistique. 

 

Laura Pasquero

Experte du Genre

Laura a rejoint notre équipe en septembre 2020. Elle est conseillère technique et opérationnelle, formatrice et chercheuse dans le domaine du genre, la prévention et la réponse à la violence sexiste, dans les domaines de l’humanitaire, de l’aide internationale et des droits de l’homme. Elle soutient régulièrement le travail de transformation du genre au sein des agences internationales, des ONG nationales et internationales et des organisations de la société civile, principalement dans les situations de conflit et de déplacement. Laura est diplômée en relations internationales de l’Université de Turin (Italie), a obtenu une maîtrise en droits de l’homme et démocratisation du Campus mondial des droits de l’homme et s’est qualifiée en tant que défenseure indépendante de la violence sexuelle (ISVA) de l’Université de Worcester (Royaume-Uni).

Marijana Saraf

Chercheuse

Marijana est une avocate spécialisée dans le droit constitutionnel, les droits de l’Homme et la propriété intellectuelle. Elle a travaillé en tant qu’avocate à la Cour européenne des droits de l’homme, à Strasbourg et à la Cour constitutionnelle autrichienne, à Vienne. Après avoir été diplômée de l’Université de Vienne dont elle est ressortie major, Marijana a souhaité affiner sa formation académique aux Universités de Harvard, d’Essex et de Georgetown où elle a choisi, dans le cadre de ses LLM d’étudier les droits et libertés fondamentaux des groupes vulnérables. Marijana possède une double formation universitaire en droit et en philosophie. Elle est une avocate passionnée, encline à se poser les questions les plus difficiles, concernant le droit en tant qu’outil juridique, au niveau individuel comme systémique. Marijana a commencé son stage de droit au sein d’AGL le 1er juillet 2020 avec le soutien généreux de l’Université de Georgetown.

Diana Elena Stoica

Chercheuse associée

​​Diana est une future stagiaire-avocate qui vit en Écosse. Elle est diplômée d’un LL.B. en droit européen et comparé de l’Université de Maastricht, et d’un LL.B. accéléré en droit écossais de l’Université de Glasgow, obtenu avec mention. Elle a obtenu un diplôme de 3e cycle en pratique juridique professionnelle à l’Université de Glasgow, avec mention.  Diana a travaillé dans les secteurs public et privé, ce qui lui a permis d’acquérir une connaissance diversifiée du droit, qui couvre le droit de l’immigration, le droit du travail, le droit des contrats, en passant par le droit du logement et les droits de l’Homme.  Elle dirige actuellement le projet ArtPulse de Human Rights Pulse, une plateforme médiatique en ligne qui promeut le développement des liens entre l’art et les droits de l’Homme. Elle parle quatre langues couramment.

 

Alberto Pasquero

Expert protection

​​Alberto est avocat et universitaire. Il enseigne actuellement le droit international humanitaire à la State University of Milan. Après avoir travaillé pour le UNHCR à la Commission territoriale pour la reconnaissance de la protection internationale à Trapani, depuis 2019, il a son propre cabinet d’avocats à Turin qui soutient les demandeurs d’asile et les réfugiés obtenant des permis de séjour en Italie. Il coopère également avec le cabinet d’avocats Fabrique principalement sur des questions de droit international, y compris des projets de recherche de l’UE. Auparavant, il a travaillé sur les crimes de guerre et le crime organisé dans les Balkans. Il a notamment été observateur de procès pour l’OSCE à Pristina, fonctionnaire du bureau du procureur spécial au Kosovo pour le compte de l’Union européenne, et coordinateur de projets européens dans le domaine de la lutte contre la corruption et le crime organisé à Belgrade. Son approche empathique, en plus de ses compétences étendues, distingue vraiment Alberto et fait de lui un membre clé du réseau AGL. Sa contribution et ses conseils à la chanteuse et militante iranienne Sahar Ajdamsani ont permis de faire avancer son dossier et d’ouvrir de nouvelles voies pour que l’artiste puisse accéder à la sécurité et à un sentiment de sécurité.

Lilinaz Hakimi

Stagiaire communication

 

​​Lilinaz est une étudiante en 3e année qui effectue un double diplôme entre Sciences Po Paris et l’Université de Columbia. Elle a choisi de se spécialiser, dans le cadre de ce programme de quatre ans, en politique et gouvernement du Moyen-Orient et en études cinématographiques.  Elle est passionnée par l’art et le droit, et espère ainsi trouver une profession qui fusionne ces deux intérêts.  Lilinaz a par ailleurs effectué un stage au sein du Laboratory for Global Performance and Politics, une ONG qui a pour objectif de créer des discussions politiques à l’aide de l’art. Dans ce contexte, elle a travaillé avec l’équipe de communication de l’organisation, afin de développer de nouvelles initiatives visant à accroître la présence de l’ONG sur les réseaux sociaux.  Parallèlement, Lilinaz a participé à des missions d’aide juridique aux réfugiés et elle a passé un mois durant l’été 2021 à faire du bénévolat dans le camp de réfugiés de Lesbos. À mesure qu’elle s’investit dans l’humanitaire, elle espère continuer à travailler avec des organisations telles que Solidarité et IRC, pour aider à réduire l’impact de la crise migratoire et des conséquences pratiques qui en découlent.

 

CONSEIL CONSULTATIF

Julia Laffranque

Julia est une ancienne juge (2011-2019) à la Cour européenne des droits de l’Homme à Strasbourg, en France. Elle a été juge à la Cour suprême d’Estonie (2004-2010) et secrétaire générale adjointe du Ministère de la justice d’Estonie (1996-2004). Elle a été décorée de la Croix blanche estonienne et elle est Chevalier de l’Ordre national du Mérite de France. Elle a été présidente du Conseil consultatif des juges européens du Conseil de l’Europe (CCJE) de 2008 à 2010, présidente de la Fédération internationale de droit européen (FIDE) de 2010 à 2012 et membre de la Cour permanente d’arbitrage (La Haye). Elle est titulaire d’un doctorat en droit de l’Université de Tartu et d’un LLM de l’Université de Münster, en Allemagne. Julia a publié plus de 100 articles en estonien, anglais, allemand et français dans différentes revues juridiques européennes et américaines. Elle parle l’estonien, l’allemand, l’anglais, le français, le finnois et le russe. Elle aime jouer la comédie et a fondé le club de  théâtre de la CEDH, Tagora. Elle chante également dans le Chœur européen des Estoniens et a elle participé au Festival de la chanson estonienne.

Manfred Nowak

Manfred Nowak est un expert autrichien renommé , actuellement secrétaire général du Campus mondial des droits de l’Homme, le plus grand réseau d’éducateurs aux droits de l’homme au monde, comprenant environ 100 universités et 7 programmes de master régionaux dans différentes régions du monde. Manfred, qui a été Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture de 2004 à 2010, est également professeur de droits humains internationaux à l’Université de Vienne et directeur du Master of Arts de Vienne en droits humains appliqués à l’Université des arts appliqués de Vienne. Manfred est également un ancien juge à la Chambre des droits de l’homme pour la Bosnie-Herzégovine et en 2016, il a été nommé expert indépendant à la tête de l’étude mondiale des Nations Unies sur les enfants privés de liberté.

Nani Jansen Reventlow

Nani est une avocate reconnue, spécialisée en droit international et une experte du contentieux des droits de l’Homme : elle est responsable de plusieurs cas révolutionnaires en matière de liberté d’expression, devant des juridictions tant nationales qu’internationales. Elle est par ailleurs la première à avoir obtenu un jugement sur la liberté d’expression de la part de la Cour africaine des droits de l’Homme et des Peuples (Konaté c. Burkina Faso) d’une part, de la Cour de justice d’Afrique de l’Est (Union des journalistes du Burundi c. Burundi) d’autre part. Elle travaille actuellement avec Leigh Day pour que soient portées de nouvelles affaires devant les tribunaux régionaux africains des droits de l’Homme. Nani est directrice et fondatrice du Fonds pour la liberté numérique, lequel soutient des partenaires en Europe afin de faire avancer les droits numériques via des litiges stratégiques. Nani est également avocate associée au sein du cabinet Doughty Street Chambers ; elle est maître de conférences à la Columbia Law School ; elle est enfin affiliée au Berkman Klein Center for Internet & Society de l’université de Harvard, où elle a été boursière pour l’année universitaire 2016-2017. Entre 2011 et 2016, Nani a supervisé la pratique du contentieux de la Media Legal Defence Initiative (MLDI) à l’échelle mondiale, en tant qu’avocate ou conseil dans le cadre d’affaires portées devant la Cour européenne des droits de l’Homme, la Cour interaméricaine des droits de l’Homme, le Comité des droits de l’Homme, l’ONU, le Groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire et plusieurs forums régionaux africains.

Malcolm Langford

Malcolm est professeur de droit public à l’Université d’Oslo et codirecteur du Centre sur le droit et la transformation sociale, de l’Institut Chr. Michelsen et de l’Université de Bergen.  Avocat et spécialiste des sciences sociales, ses publications portent sur les droits de l’Homme et la liberté d’expression, l’investissement international, le développement international, le constitutionnalisme comparatif, la technologie et les politiques de la profession juridique. Malcolm est également co-rédacteur en chef de la Cambridge University Book Series on Globalization and Human Rights, dirige un important programme de recherche sur la politique de marquage du modèle nordique. Il dirige le Center on Experiential Legal Learning (CELL) et coordonne le projet Digital Lawyer. Il agit en tant que conseiller auprès de divers organismes des Nations unies, gouvernements et ONG. Il siège au conseil d’administration du Réseau européen de mise en œuvre (EIN), de l’ICJ-Norge et de JustLabs.


Kimberley Motley

Kimberley a la réputation d’être l’une des avocates internationales les plus respectées et les plus performantes dans le domaine des droits de l’Homme. Elle est en effet la première et la seule avocate étrangère à plaider devant les tribunaux pénaux, civils et commerciaux d’Afghanistan. Sa pratique internationale, riche de plus de dix ans d’expérience s’est développée progressivement au point qu’elle représente désormais des individus présents sur presque tous les continents. Les succès de Kimberley comprennent, entre autres, l’obtention de la première grâce présidentielle en faveur d’une victime de viol accusée d’adultère ; étant précisé que cette décision a subséquemment entraîné la dépénalisation du crime de fugue en Afghanistan, le retour de femmes et d’enfants anglais, australiens, étatsuniens etc. qui étaient victimes d’enlèvements internationaux, la libération de l’ancien vice-premier ministre Anwar Ibrahim en Malaisie et la libération de l’artiste cubain El Sexto. Son travail d’experte juridique a attiré l’attention internationale via BBC, CNN, le New York Times, Vanity Fair, pour en nommer quelques-uns. Kimberley Motley a donné un TED TALK qui a généré plus d’1 million de vues intitulé « Comment je défends l’état de droit ». Un documentaire primé mettant en lumière son travail, intitulé « Motley’s Law », est sorti en 2015. En outre, en septembre 2019, Motley a sorti un livre intitulé « LAWLESS ».

NOTRE RÉSEAU D’AVOCATS

our-work

Afin d’atteindre au mieux nos objectifs, nous avons construit un réseau d’avocats dédiés à la prestation de services juridiques pro bono ou bien à des tarifs réduits, destinés aux artistes ayant des moyens limités.