TEMOIGNAGES

Ramy Essam, Musicien égyptien,

Lauréat du prix Václav Havel 2019 pour la dissidence créative

« La vie en exil peut être très difficile. L’année dernière, mon équipe et moi-même avons lutté pendant plus de 7 mois pour obtenir des autorités suédoises un document qui me permettrait de voyager librement et d’honorer mes engagements professionnels en dehors de la Suède. Ce n’est que lorsque mon dossier a été envoyé aux avocats d’Avant-Garde Lawyers que les choses ont pris une autre tournure. Je n’en croyais pas mes yeux lorsque j’ai reçu mes papiers, moins d’un mois après les avoir contactés ! Avant-Garde Lawyers  s’est battu contre un système très peu transparent, afin que je puisse voyager librement, voir ma famille et mes amis, et faire de la musique. Merci beaucoup à Avant-Garde Lawyers pour m’avoir aidé à surmonter une période difficile de ma vie et pour m’avoir aidé à redevenir un artiste actif ».

> En savoir plus sur Ramy

Taeyong Jeong, Graffeur Coréen

« L’État m’a donné un défenseur public en vue de  mon procès pénal, mais ce dernier ne m’a pas compris, pas plus que mon art. J’étais très déprimé, j’avais peur d’aller en prison et que ma vie soit finie. Je suis Coréen, mais nul dans mon pays ne voulait prendre le risque de perdre son travail pour m’aider. Je n’avais plus aucun espoir lorsque j’ai contacté Artists-at-Risk Connection. Ils m’ont présenté à des avocats d’Avant-Garde Lawyers et bientôt ma vie allait complètement changer. Avant-Garde Lawyers a rapidement trouvé des personnes qui pourraient m’aider en Corée, de sorte que j’ai pu avoir immédiatement un avocat pour me représenter devant le tribunal. J’ai d’abord rencontré l’avocate Andra Matei, qui a été la première à vérifier mon état psychologique et à saisir rapidement les circonstances de l’affaire. Sur ce point, il s’est passé quelque chose de très surprenant. Elle n’est pas Coréenne et nous ne parlons pas la même langue, mais elle avait tellement confiance en moi et en mon art, cela voulait tout dire pour moi! J’ai recommencé à peindre et l’énergie m’est revenue. Par la suite, j’ai rencontré le professeur Park Kyungsin, les avocats Yang Hongseok, Kang Teri et le Dr Oh Kyeongmi, un expert en art en Corée. Tout à coup, des avocats, des experts, des traducteurs, s’intéressaient à mon cas et m’aidaient. Gratuitement !

Lorsque j’ai lu les conclusions de l’avocate Matei, j’ai senti qu’elle avait très bien exprimé tout ce que je voulais dire. Je me sentais l’homme le plus chanceux du monde et je pleurais d’émotion. J’ai aussi pleuré lors du procès. C’était comme si j’étais dans un film… L’avocat m’a si bien défendu… Je n’ai pas de mots pour exprimer ma gratitude. Je serais en prison s’ils ne m’avaient pas entouré de leurs efforts et de leur confiance en moi et en mon art. »

> En savoir plus sur Taeyong

Sajad Sepehri, Musicien iranien

 « Mon statut juridique et de résident dans un pays européen a été compliqué  et confus sur le plan politique et juridique. Mon esprit et mon cœur ont longtemps souffert et mon art a été mis à mal par cette situation. Lorsque j’ai rencontré les avocats d’Avant-Garde Lawyers, de nouveaux horizons se sont ouverts pour mon avenir. L’avocate Andra Matei travaille avec le cœur et c’est une battante. Elle a formé une équipe forte et unique pour soutenir mon cas. Ils ont travaillé des heures, des jours et des mois sur mon cas, et ce à titre bénévole. Personne ne s’était autant battu pour moi auparavant. J’ai été très impressionné et satisfait de voir qu’il existe dans le monde de telles personnes pour défendre les droits  fondamentaux et de découvrir que celles-ci ont de telles compétences pour le faire. Je n’aurais pas pu trouver d’avocat avec un niveau de connaissances, d’engagement et de respect de l’être humain équivalents ».

> En savoir plus sur Sajad

Valerie Denn, Agent de Ramy Essam

« Le 31 janvier 2018, mon client, l’activiste et musicien Ramy Essam a demandé un document de voyage après que les autorités égyptiennes ont refusé de renouveler son passeport. Ramy est un artiste de Safe Haven et un résident permanent en Suède. Nous avons attendu plus de 7 mois que la Migration suédoise nous donne une réponse, mais aucun document n’est arrivé. Étant sa manager et ayant réservé 5 tournées américaines et canadiennes en 2018, nous avons vu disparaître le travail sur lequel nous comptions. Au fil de l’année, nous avons annulé les dates de tournée jusqu’à la fin du mois d’août et nous avons annulé ses revenus pour toute l’année.  Désespérés à l’idée de ne pas pouvoir maintenir les tournées prévues à l’automne de cette même année, nous avons contacté Artists Freedom Initiative avec lesquels nous avions prévu un concert début septembre à New York et leur avons dit que notre requête administrative était restée sans suite. L’association nous a donc mis en contact avec Avant-Garde Lawyers pour nous aider. AGL a pris en charge notre dossier bénévolement. L’équipe d’AGL, Andra Matei et Niklas Dahlbeck ont compris la nature urgente de notre affaire et c’est grâce à leur analyse juridique et à leur stratégie que nous avons miraculeusement obtenu un permis de voyager en moins d’un mois !

Au-delà de la simple obtention de ce document, AGL s’est mis en relation avec notre avocat spécialisé dans l’immigration à New York, lequel avait obtenu notre visa américain 0-1 et nous avait guidés dans les étapes suivantes permettant de passer ce visa de l’ancien document vers le nouveau. Grâce au généreux soutien de ces organisations, nous sommes maintenant de retour au travail et pouvons à nouveau voyager, merci !

Manfred Nowak, Expert des Nations unies et secrétaire général, Campus mondial des droits de l’homme

« L’art et les droits de l’Homme sont étroitement liés et ont besoin l’un de l’autre.

Le langage universel des arts, lequel attire et renforce les êtres humains du monde entier plus que tout autre moyen de communication, est le moyen le plus puissant et le plus joyeux pour promouvoir les valeurs universelles des droits de l’Homme.

En utilisant le droit, Avant-Garde Lawyers forge une approche novatrice de sauvegarde de la liberté d’expression artistique ».

Annie Armianova, Cour européenne des droits de l’homme, responsable du développement et de la formation du personnel

« Andra est une avocate passionnée et dévouée aux droits de l’Homme qui se cultive non seulement en permanence, mais qui est en outre une excellente formatrice, toujours prête à partager ses connaissances avec les autres.

Son atelier « Art on Trial » a suscité l’admiration générale parmi ses collègues. Andra est restée dévouée à la formation même après avoir quitté la Cour ; elle y est par ailleurs retournée à deux reprises afin d’ animer cet atelier très apprécié. Or il existe peu de spécialistes en ce sujet et encore moins de personnes prêtes à enseigner.

Si vous êtes un jeune avocat des droits de l’homme et que vous avez la possibilité de vous inscrire à ses ateliers, ne les manquez pas ».

Elena Dodonova, Administrateur, Division Médias et Internet, Conseil de l’Europe
Participante, série « Art on Trial, Workshop for Lawyers » (“L’art à l’essai, atelier pour juristes”) à la Cour européenne des droits de l’homme, mai 2016

« Un cours rare et brillant, qui touche de manière exhaustive à toute sorte d’aspects juridiques concernant la liberté d’expression artistique. Bien structuré et interactif, celui-ci donne un large aperçu des cas de figure dans lesquels les œuvres d’art ont pu, par le passé, être analysées par la justice ; le tout en mettant l’accent sur le raisonnement suivi par les décisions litigieuses. De même, ce cours incite les participants à engager des conversations critiques sur la nature et la mission de l’art ; sur le rôle de l’expression artistique dans les sociétés démocratiques et sur l’importance de cette dernière quant à l’alimentation du débat public ; enfin, plus important encore, sur les critères qui permettraient d’équilibrer de la façon la plus efficace et adéquate qui soit cette importante liberté avec d’autres droits et libertés fondamentaux dans le cadre  d’un litige. Je recommande vivement » !

Sabrina Wittman-Puri, Juriste senior, Cour européenne des droits de l’homme
Participante, série « Art on Trial, Workshop for Lawyers » à la Cour européenne des droits de l’homme, mai 2016

« Le séminaire d’Andra ‘Art on Trial’ se caractérise par une approche rafraîchissante et différente de la manière d’envisager le droit à la liberté d’expression artistique. Andra est une éminente experte dans ce domaine ! Nous avons non seulement discuté de la jurisprudence de la Cour, mais nous avons en outre étudié la jurisprudence d’autres Cours suprêmes ou Hautes Cours présentes dans différents pays, États-membres ou non-membres du Conseil de l’Europe. J’ai particulièrement apprécié cette ‘approche hors des sentiers battus’ qui était adoptée. Ce séminaire offre un juste équilibre entre les lectures autodidactes d’un côté, les interventions d’Andra et les discussions animées entre participants de l’autre. En conclusion, j’ai trouvé cette expérience très enrichissante et utile pour mon travail à la Cour ».

Ce que les participants au cours « Art on Trial » organisé par AGL ont dit de ce séminaire dans leurs formulaires d’évaluation :

« La thématique de l’atelier était très intéressante et je félicite la coach pour son travail de sensibilisation du public aux questions entourant la liberté artistique. Le cours était très bien structuré, et Andra a effectué une présentation claire et captivante ».